RDC : La VSV exige la libération immédiate de Joseph Bopupa, Président de la Société Civile de Bolomba (Equateur)

Kinshasa, le 04 Octobre 2017 – La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est vivement préoccupée par l’arrestation suivie de la détention au cachot de la Police Nationale Congolaise (PNC), le 29 septembre 2017, de monsieur Joseph BOPUPA, Président de la Société Civile de Bolomba sur ordre de l’Administrateur du Territoire de Bolomba, province de l’Equateur.

En effet, l’arrestation du Président de la Société Civile de Bolomba est relative à ses activités de promotion et défense des droits de l’homme dans cette partie de la République Démocratique du Congo. Ce dernier ne cesse de dénoncer au jour le jour les violations des droits de l’homme et autres abus qui se commettent à Bolomba, province de l’Equateur. Il sied de noter qu’avant son arrestation, M. Joseph BOPUPA s’était montré critique de la gestion de l’Administrateur du territoire de Bolomba.

Sur un autre registre, la VSV condamne avec la dernière énergie l’enlèvement, à Kinshasa,  de monsieur Emmanuel Cole, Président de l’ONG « Fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP)», dans la nuit du 23 au 24 septembre 2017 par des éléments de la PNC.

Des éléments de la PNC en tenue et sans aucun titre ni autres documents  ont surgi au domicile de M. Emmanuel Cole qu’ils ont fouillé de fonds en comble. La victime a été amenée manu militari au bureau du Commissariat provincial de Kinshasa situé à côté de l’Institut Supérieur de Commerce (ISC)/Gombe où elle avait été placée en détention jusqu’au petit matin, et ce, avant d’être libérée sans autre forme de procès.

Il sied de relever que pendant la fouille de la maison de M. Emmanuel Cole, les éléments de la police dépêchés sur les lieux réclamaient son passeport et ses autres pièces d’identité.

C’est ici l’occasion de dénoncer les arrestations arbitraires, détentions illégales, enlèvements, menaces de mort et autres intimidations voire même des assassinats dont les Défenseurs des Droits de l’Homme (DDH) font l’objet dans le cadre de l’exercice de leurs activités de promotion et défense des droits de l’homme.

En tout état de cause, il est inadmissible que les Défenseurs des doits de l’Homme qui font un travail noble pour le bien-être de la personne humaine et le développement de la République Démocratique du Congo se sentent en insécurité permanente suite aux menaces de mort et autres intimidations dont ils sont victimes.

Pour la VSV, les autorités congolaises ont  l’obligation d’assurer une étroite collaboration avec les Défenseurs des droits de l’Homme et de garantir à ces derniers, la sécurité et la protection afin de leur permettre d’exercer en toute quiétude leur travail de promotion et  défense des droits de l’homme.

Eu égard à ce qui précède, la VSV exige des autorités congolaises:

  • La libération immédiate et sans condition de monsieur Joseph BOPUPA, Président de la Société Civile de Bolomba, province de l’Equateur ;
  • La collaboration étroite avec les Défenseurs des droits de l’Homme dans l’exercice de leur travail afin de garantir leur sécurité et protection conformément aux instruments régionaux et internationaux relatifs à la protection des DDH ratifiés par la RDCongo ; 
  • L’indemnisation de MM. Emmanuel Cole et Joseph BOPUPA pour les préjudices subis.

VSV (SYC)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*