RDC : La LUCHA demande à RFI de publier l’accord passé avec le Gouvernement à travers la RTNC

Dans une motion adressée à Madame Cécile Mégie, Directrice de la Radio France Internationale ce vendredi 11 Août 2017, la LUCHA demande la publication de l’intégralité de l’accord passé avec le Gouvernement à travers la RTNC. Elle estime que les contours de cet arrangement devraient être bien cernés par les congolais qui ont besoin d’être rassurés qu’ils tiennent compte des principes de valeurs qui ne pourraient pas entamer la crédibilité de RFI dans l’opinion congolaise. Ci –dessous la correspondance :

RFI émet à nouveau après 9 mois de coupure, mais à quel prix ?

MOTION – Plus de neuf mois après sa coupure arbitraire par les autorités, le signal FM de RFI a été rétablie à Kinshasa ce 10 août 2017. Ayant dès le début dénoncé ce blocus injustifiable et exigé des autorités sa levée, c’est un dénouement dont nous nous réjouissons particulièrement. C’est une excellente nouvelle pour des millions d’auditeurs de RFI dans la capitale de notre pays, pour qui c’est l’une des rares sources d’informations, de décryptage et de reportages objectifs sur la RDC et le reste du monde.

Cependant, la LUCHA reste perplexe quant à l’accord passé entre la Radio France Internationale et le Gouvernement Congolais à travers la Radio –télévision Nationale Congolaise (RTNC) pour arriver à) ce résultat. Dans un contexte où le Gouvernement cherche par tous les moyens à contrôler ou à orienter l’information à sa guise, y compris en faisant pression sur les journalistes et les médias, plus d’un congolais apprécierait un effort accru de transparence sur votre « deal » avec les autorités congolaises.

Informer et s’informer est un droit garanti par la Constitution de la RDC, et non une faveur des autorités. Le rétablissement du signal de RFI à Kinshasa ne doit donc pas se faire à n’importe quel prix ? Il est de notoriété publique que la RTNC est un instrument de propagande politique à la louange d’autorités qui n’ont aucune légitimité démocratique et qui oppriment leur peuple. La RFI va-t-elle devenir son relais ? La RFI va-t-elle se soumettre à la censure ou appliquer l’autocensure afin de continuer à émettre à Kinshasa ou ailleurs en RDC ?

Les congolais ont besoin d’être rassurés, et il n’y a qu’un moyen de le faire : rendre public l’intégralité de cet accord. Cela ne devrait raisonnablement poser aucun problème, pour autant que ledit accord ne contienne rien de contraire aux principes de liberté, d’indépendance, d’impartialité et d’objectivité de l’information auxquels vous êtes attachés.

Ne pas le rendre public ne fera qu’alimenter les soupçons et entamer la crédibilité de RFI dans l’opinion congolaise. Ne faites pas le lit d’un fâcheux précédent pour les autres médias, avec le risque que les autorités recourent de plus en plus à la coupure de leurs signaux et à d’autres formes de chantage pour les obliger à négocier des accords en toute opacité.

Enfin, l’opinion publique sera peut-être éclairée sur le sort de votre envoyée spéciale en RDC, dont le visa et l’accréditation ont été refusés après qu’elle ait fait un travail remarquable notamment sur les massacres en cours dans la région du Kasaï, à l’instigation des mêmes autorités.

LUCHA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*