Dernière mise à jour le 12/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : interdiction illégale d’une marche pacifique à Uvira contre l’insécurité à Bojimbo

Publié le : 5 July, 2018 à 13 h 11 min


Bukavu, le 5 juillet 2018 – L’administrateur du territoire d’Uvira, Alexiss Rashidi Kasangala a interdit la marche pacifique de la société civile projetée pourtant ce jeudi 5 juillet 2018 dans la cité. Telle a été sa réponse à la lettre d’information lui adressée par le coordonnateur de la Nouvelle société civile congolaise. Des voix s’élèvent pour dénoncer cette énième interdiction illégale d’une manifestation publique par les autorités politico-administratives.

En effet,cette marche pacifique de la Nouvelle société civile devrait partir du pont Mulonge-Route Mwami pour chuter au Bureau de l’administrateur du territoire avec comme objectif de dénoncer la situation d’insécurité grandissante à Bijombo. Un mémorandum devrait être déposé auprès de l’administrateur du territoire.

La situation est alarmante dans cette partie du pays. Depuis début fin avril 2018, des combats se sont intensifié entre les milices Twiganeho et Ngumino proches des éleveurs Banyamulenge à des milices d’autodéfense proches des agriculteurs Babembe, Bafuliro et Banyindu dans les hauts plateaux de Bijombo en territoire d’Uvira.
Cela fait suite à un conflit latent existant depuis plusieurs années dans le groupement de Bijombo autour de l’autorité du chef du groupement, Furaha Kabarure, le seul Munyamulenge chef de groupement, et autour de l’utilisation de la terre. Toutefois, cette fois-ci les affrontements sont plus violents que ceux de février 2016 ou ceux de décembre 2017.
Pendant une semaine les combats se sont poursuivi, jusqu’au 19 juin 2018, en faisant 12 morts, 4 blessés, et au moins 76,000 déplacés. Les villages de Masango, Chanzovu, Rubarati, Kanono, Mukumba, Kakuku, Katanga, Mutara, Maheta, Mbundano, Rubibi, Mugogo, Gatoki ont été les plus touchés.

Pour les organisations de défense des droits de l’homme locales, les autorités de la province et du pays ne fournissent pas assez d’efforts pour mettre fin à cette situation qui risque d’embraser toutes les  régions de Fizi, Uvira et alentours.

SYC