Dernière mise à jour le 12/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : Freedom For Journalist salue la décision de l’EU visant le Ministre congolais des médias

Publié le : 31 May, 2017 à 21 h 42 min


Kinshasa, le 30 Mai 2017 – Freedom for journalist (FFJ), organisation de défense et de promotion de la liberté de la presse prend acte de la décision de l’Union européenne (EU) visant des membres du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), rendue publique le 29 mai 2017.

L’organisation note, à la fois, avec intérêt et satisfaction, la présence, sur la liste de personnalités visées, de Lambert Mende Omalanga, ministre de la communication et des médias.

L’EU révèle que “le ministre de la communication et des médias et porte parole du gouvernement est également listé en tant que responsable de la politique répressive menée envers les médias en RDC, politique qui viole le droit à la liberté d’expression et d’information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections”.

FFJ a toujours attiré l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la politique de répression contre les médias menée de mains de fer par le ministre Mende, auteur de fermeture des médias réputés indépendants. “FFJ s’en félicite et demende à l’Union européenne d’accompagner les Congolais dans ce sens”, selon l’ONG.

Lambert Mende a suspendu un certain nombre de médias depuis 2016. Le vendredi 11 mars 2016, de La Voix du Katanga, une télévision émettant à Lubumbashi, capitale de la province du Haut-Katanga (Sud-Est) du pays a été fermée.

La voix du Katanga appartient à Gabriel Kyungu, président de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (UNAFEC), membre du Groupe de sept partis, nommé G7, qui ont quitté la majorité en septembre 2015 pour rejoindre l’opposition. Radio Owoto, chaîne émettant à Lodja, capitale de la province de Sankuru, et appartenant à M. Lutundula, un autre membre de G7, a été fermée jeudi 17 septembre 2015.

En janvier 2016, Mapendo et Nyota, deux médias, propriétés de Moïse Katumbi, actuellement opposant farouche au président Kabila et candidat déclaré à l’élection présidentielle ont été fermés. Jua Lubumbashi Télévision, a été aussi fermé à cause de son appartenance à Jean-Claude Muyambo, un autre membre de l’opposition, incarcéré à la prison centrale de la capitale Kinshasa dans une affaire de « stellionat » que l’opposant rejette et qu’il qualifie de «politiquement motivée» par le régime. Le journal Congo News, proche de l’opposition est aussi en suspension depuis plusieurs années.